une journée a beppu

Beppu : une journée en enfer.

Beppu est une ville située dans la préfecture d’Oita à l’est de Kyushu. 125000 habitants au compteur elle est connue pour ses très nombreux onsens et surtout pour ses enfers. Ce sont en réalité des sources d’eau chaudes datant de plusieurs milliers d’années avec des couleurs et des formes différentes. Nous avons donc décidé de nous y rendre par une magnifique journée de Février pour voir ça de plus près. On me parle d’enfer, direct j’accours vous imaginez bien. Dante Alighieri serait tellement fier de moi… ou pas.

Beppu en bus, parce que PvT = économies.

L’aller-retour en bus depuis Fukuoka est la façon la plus économique et la plus logique de se rendre à Beppu. ¥5650 l’aller retour pour 2h de bus. Alors que le train normal coûte ¥5750 l’aller simple et prend 2h30. Le trajet utilisant partiellement le Shinkansen vous en coutera ¥7980 et mettra…. 2h. Parce que pourquoi pas payer le double du prix pour mettre plus de temps, ou payer encore plus pour une durée équivalente… Les bus à Kyushu sont vraiment hyper pratiques décidément. Départ à 7h50 pour arriver à 10h et avoir pas mal de temps pour ne pas cavaler toute la journée.

Faire tous les enfers ? Ou se contenter des principaux ?

Question qui nous a pas mal taraudé. Il y a en tout 8 enfers à Beppu (Jigoku Meguri), mais valent-ils tous le coup d’être visités et de dépenser ¥400 à chaque fois ? En suivant les différentes expériences retrouvées sur les internets, et notamment cet article de BeneNoFukuoka que l’on ne présente plus, on est vite arrivés à la conclusion que tous les faire était sans doute une perte de temps, temps qui serait mieux utilisé ailleurs. Nous sommes donc partis dans l’idée de ne subir les souffrances que de 4 enfers. Bien sûr à pieds because chez EnPassantParLeJapon, on marche ! Et à Beppu, ça grimpe, histoire d’arranger les choses. En plus les enfers ne sont pas tous les uns à côtés des autres, voire très éloignés comme pour le dernier que nous avons fait. Mais comme on dit : RANAFOUT’. En plus il faisait hyper beau et sérieux, ça vaut toute les motivations du monde ! Je vous les présente un par un.

Umi Jigoku : l’enfer de la mer.

C’est le premier que nous avons vu et le plus imposant. Son bassin principal est d’un bleu cobalt très photogénique. Il dégage énormément de fumée. Voilà qui fait une très belle entame de journée.umijigoku beppu beppu umijigokuÀ côté de cet étang imposant se trouve d’autres petits bassins dont un d’une couleur orange/rouge aussi très sympathique.

umijigokuC’est alors que je fus surpris en plein rituel par Cindy qui me pris en photo sans que je ne m’y attende.

umijigoku-ma-gueuleOn y reste un petit moment et on part pour le prochain enfer. Celui-ci est juste à côté c’est plutôt pratique.

Onishii Bozu Jigoku : l’enfer des têtes de moines.

Derrière ce nom tout nul se cache un enfer plutôt intéressant et parfaitement stylé. Ses eaux grises sont parsemées d’endroits où des bulles remontent à la surface, formant, selon le nom, des têtes de moines. Bon c’est juste des bulles, mais pourquoi pas.onishii bozu jigoku beppuonishii bozu jigoku beppu onishii bozu jigoku beppuOn a beaucoup aimé cet enfer car c’est plein de petits bassins disséminés dans un jardin plutôt sympa. En plus il y a un bain de pieds à disposition. L’eau est hyper chaude sa race mais ça repose un peu. On prend notre temps, on profite du soleil les pieds dans l’eau, on crame un bon coup et on décolle. Direction le 3ème enfer prévu au planning.

Kamado Jigoku : l’enfer du chaudron.

Ici on retrouve un étang bleu, un rouge et un plus blanc/bleu/vert je ne saurais pas dire.

kamado-entréeOn peut gouter de l’eau à 80°, ce que je me suis empressé de faire évidemment. Au final ce n’est pas si chaud que ça mais par contre c’est bien dégueu. Je dirais que ça a le goût de l’eau des pâtes. Comment je sais quel goût a l’eau des pâtes ? Retenez juste que j’étais un enfant très curieux.

beppu-kamado kamado kamado beppuIl y a également des mecs qui font de l’animation autour des étangs en crachant de la fumée de cigarette dans les zones où le souffre s’échappe. Ça fait plus de fumée et ça a le pouvoir de créer des “eeeeeeeh” des “oooooooooh” et des “sugoiiiii !!” à 150 décibels par tous les perchaselfistes qui nous entourent. Une autre version de l’enfer finalement. C’est thématique.

Voila qui termine notre tournée des 3 premiers enfers situés les uns à côtés autres. Maintenant le prochain est à…2,5km. Qui sait qui va marcher pendant 40 minutes dans les rues en faux plat et les pentes à 45° ? Mais bon la ville nous a offert quelques belles surprises sur le chemin en plus d’un grand calme. Vraiment agréable.

Petite balade dans la campagne japonaise de Beppu.

Dans la liste des surprises, tout d’abord un petit bâtiment qui nous a servi d’observatoire gratuit sur la ville. C’était le dernier coin de “ville” que l’on a vu avant d’aller se perdre dans la campagne.

beppu
On voit de la fumée s’échapper un peu partout de la ville. Les sources d’eau chaude sont partout.

Je suis un amoureux de la campagne japonaise : les petites rues, les maisons traditionnelles, les champs, les japonais à vélo et les voitures moches en forme de cube qui parcourent les petits chemins font partie de ces choses qui me plaisent le plus au Japon. Bref, on a marché comme ça tranquillement jusqu’à être interrompus par un temple qui nous a sauté aux yeux. Après recherches il s’agit du Taiko-In, il nous a offert un petit détour des plus sympathiques.

taiko inIl y avait à l’intérieur pleins de statues dont 8 les unes à côtés des autres du plus bel effet.

statues taiko inBref un bien joli détour. Ce ne sera pas le seul car quelques dizaines de mètres plus loin nous sommes tombés sur un coin magnifique, perdu en pleine campagne. Une autre statue, un prunier en fleur, des Mejiro dessus (une race d’oiseau), le soleil, du calme. Parfait.

campagne beppuAprès cette deuxième pause on continue notre chemin et on finira par arriver au dernier enfer de notre liste. Mais avant on mangera un burger dans le resto juste à côté. Pour un truc attrape touriste c’est pas hyper cher et c’est même carrément bon. En plus c’est un peu le seul endroit où manger.

Chinoike Jigoku : l’enfer du lac de sang.

Derrière ce nom satanique il y a en fait un lac de couleur argile un peu rouge mais pas trop. C’est le plus vieux de tous et le plus vieux du Japon au passage. Il est sympa mais j’avoue que je m’attendais à mieux. Surtout avec un nom pareil, on s’attend à du lourd, un truc flippant presque^^

Voila qui conclut notre tournée des enfers mais pas notre journée à Beppu. On continuera notre route à pieds jusqu’à la gare de je ne sais plus où qui est celle juste après la Beppu Station. Retour au centre ville. Qui n’est vraiment pas folichon au passage, voire assez moche. On ira se poser sur la plage pour profiter du coucher de soleil et faire quelques photos et vidéos.

La nuit tombée et en attendant notre bus de retour, on s’est promenés un peu encore, pour tomber dans un coin avec des bars chelous et des types qui le sont tout autant avant d’aller manger un morceau.

Et voilà, cette fois c’est la fin de cette longue journée de marche. On a bien aimé Beppu, surtout sa campagne et son bord de mer. Les enfers sont intéressants et uniques. Bref encore une journée riche en découvertes et une vision du Japon encore différente pour nous.

J’espère que vous aurez aimé ce petit voyage d’une journée, si c’est le cas n’hésitez pas à nous le faire savoir dans les commentaires. On se dit à bientôt pour de nouvelles aventures.

une journée à uji

Une journée à Uji, visites des temples Byodo-in et Mampuku-ji.

On entend très peu parler de la ville d’Uji lorsque l’on pense aux “parcours type” de voyages au Japon. Lors de notre arrivée dans le Kansai nous nous sommes renseignés sur quoi faire, et Uji a vite trouvé sa place dans notre To-do-list. C’est donc par une très jolie journée de janvier que nous avons décidé de nous y rendre.

Départ depuis Osaka.

Bien que située entre Kyoto et Nara, Uji est un peu difficile d’accès. Départ à 7h30 de la maison pour arrivée à la gare à 8h et partir pour 1h40 de train avec 2 changements. 1h40 en théorie car c’est sans compter pour mon talent inné pour suivre un itinéraire ! J’ai soutenu à Matt que notre arrêt lors du 2ème changement était le suivant et résultat des courses… plus de 30 minutes de détour !
┐(゚~゚)┌

Arrivée à Uji.

Une fois sur place, on file au point information des touristes pour prendre une carte et on se met en route. Voici l’itinéraire qu’on a établit :

Ok, mis comme ça sur la maps, je comprends pourquoi on rentre le soir complètement cassés ! En effet, nous faisons nos visites principalement à pieds, pas de petites économies, en PVT les aller-retour en métro chiffrent vite !

Visite du temple Byodo-in.

Nous commençons donc notre journée visite par le temple du Phoenix, le Byodoin. Très joli temple a l’architecture originale, si vous voulez en savoir plus, on a rédigé un article complet à son sujet. On y passe facilement 1h-1h30, entre la visite du musée et les 1001 photos réalisées du temple. Le soleil était au rendez-vous, du coup les reflets du Byodo-in dans l’eau étaient magnifiques! On a eu également beaucoup de chance, très peu de personnes durant nos visites, ça change de Kyoto ^^.

Uji byodo-in

J’ai un peu galéré à faire cette photo mais touriste oblige ^^ le Byodoin est le temple présent sur les pièces de ¥10.

Uji byodoin

On en profite également pour faire le Goshuin du temple, qui est très joli d’ailleurs.

Pause déjeuner en face de la rivière Uji.

Une fois sortis de notre visite au Byodo-in, il se fait faim ^^. On se dirige vers le Furitsu Uji Park bordé par la rivière Uji et on trouve un banc où manger (nos sandwichs achetés au préalable). On se dit qu’on a vraiment de la chance car le temps est extrêmement clément avec nous aujourd’hui, grand soleil, ça fait du bien.

On en profite pour admirer les barques et les canards ^^.

une journée à uji

Passage au Uji shrine et Ujigami shrine.

On continue notre route avec un bref arrêt au sanctuaire Uji. Puis au sanctuaire Ujigami, connu pour être le plus vieux sanctuaire encore debout du Japon. On passe encore un petit moment à observer les moindres détails.

Ujigami

ujigami ujigami

Un joli point de vue au parc Daikichiyamafuchi.

Sur notre route vers notre prochain spot on croise une pancarte annonçant un point de vue à notre droite à 10 minutes. Le ciel étant particulièrement dégagé, ni une ni deux, nous voilà en route pour cette mini ascension. Quelle bonne idée nous avons eu, la vue est vraiment très jolie.

une journée à uji

Fin de journée au temple Manpuku-ji.

On entreprend ensuite notre route vers le temple Manpuku-ji, une petite promenade de 3km ! Arrivés devant le temple on profite d’un banc dans l’herbe pour une pause gouter bien méritée. Une fois entrés dans le temple, on constate qu’il est immense et complètement… vide, il y avait peu de touristes au Byodoin mais ici c’était carrément vide ! C’est plutôt agréable du coup de pouvoir déambuler à notre gré dans un complexe “privatisé”. (。^‿^。)

une journée à uji

une journée à uji une journée à uji

On prend donc notre temps pour visiter et on termine par le Goshuin.

A la recherche du thé vert d’Uji.

On termine notre journée par l’achat de thé matcha. Achat indispensable lorsque l’on vient à Uji, la capitale du thé vert. On en trouvera dans une échoppe menant au Byodoin. Ça nous rappellera des souvenirs quand on se fera des soirées sushis à la maison à notre retour. J’en profite également pour acheter du cappuccino matcha !

Retour à la gare, métro direction la maison, il fait déjà nuit, c’est parti pour 2h de trajet.

Encore une bonne journée de marche et de découverte, on a particulièrement bien apprécié la ville d’Uji, ces petites ballades hors des gros pôles touristiques font plaisir.

Cet article contient un lien sponsorisé.

2eme journée à Nagasaki

Deuxième journée à Nagasaki : une ville aux influences multiples.

C’est parti pour notre deuxième journée à Nagasaki. Si vous n’avez pas encore lu la première c’est par ici.

On se lève assez tôt pour profiter au maximum de la superbe journée ensoleillée qui s’annonce. Aujourd’hui on va délaisser un petit peu l’aspect seconde guerre mondiale de la ville pour nous consacrer à son passé plus ancien.

Programme de cette deuxième journée à Nagasaki.

Encore une fois, un bon programme bien chargé comme on les aime 🙂

deuxième journée à Nagasaki

Avant toute choses on s’est pris un petit déjeuner dans un des restaurants de la gare. Histoire d’être un minimum en forme pour affronter ce programme. Autre point important : prendre un pass journée pour les trams, pas comme la veille :). On devrait se fatiguer un peu moins aujourd’hui. Ok cette fois on est prêts, direction le premier point de la journée.

1. Le Temple Confucius.

Une journée qui commence par une bonne baffe. C’est le premier temple que l’on voit qui ressemble à ça. Construit par les chinois de Nagasaki en 1893, détruit par le bombardement de 1945, il a été entièrement rénové en 1982. Ses couleurs et les détails de chaque partie du temple nous ont laissé sans voix. Les 72 statues des disciples de Confucius sont également particulièrement magnifiques.

temple confucius nagasaki

jardin temple confucius

confucius templeNous sommes restés au moins 1h30 à contempler chaque détail et à visiter ensuite le musée situé juste derrière l’édifice principal. Franchement un indispensable si vous passez à Nagasaki et que vous voulez voir un temple qui change. On avait hésité à l’enlever quand on a élaboré notre programme, quelle erreur cela aurait été !!

Par contre le point de visite suivant a été un peu moins stupéfiant et reste la petite déception de ces 2 jours.

2. Glover garden

Déception est peut-être un mot un peu fort mais disons qu’il ne faut pas s’attendre à un truc complètement renversant. Surtout que l’entrée est à ¥610, ce que je trouve un peu beaucoup. Il s’agit d’un musée à ciel ouvert avec les maisons et les manoirs des premiers marchands occidentaux ayant commercé avec le Japon au 19ème siècle. Si l’histoire qui entoure ce lieu est particulièrement intéressante, le voir n’est à mon sens pas une obligation. Mon jugement est probablement un peu faussé par la saison à laquelle nous l’avons visité (hiver) et l’absence de végétation colorée, rendant le lieux un peu terne. Néanmoins le point de vue offert sur la ville est plutôt joli. On en fera assez vite le tour en visitant toutes les maisons que nous avons croisé.

À noter (because japan) qu’il est possible de louer des vêtements d’époque pour se promener dans le glover garden.

glover-garden

En redescendant nous passerons devant la cathédrale Oura. Nous décidons de ne pas aller la visiter et ne ferons que quelques photos de loin.

cathédrale ouraOn s’arrête également un moment pour gouter une autre spécialité de la ville de Nagasaki : le Kakuni Manju. Sorte de petit sandwich au porc braisé avec une sauce bien grasse. On a beaucoup aimé 🙂

kakuni manjuDirection la station de tram pour la prochaine visite. On a un ticket illimité aujourd’hui on va le faire flamber.

3. Le temple Sofukuji.

Lui aussi nous a bien plu. Temple zen fondé par un moine chinois en 1629. C’est un trésor national. Sa porte rouge et certains de ses bâtiments sont des exemples d’architectures du sud de la chine de la dynastie Ming. Personne ne viendra pendant toute la visite, nous serons absolument seuls. D’ailleurs on aurait presque pu rentrer gratuitement car la personne censée faire payer les entrées s’était endormie sur son siège. Mais comme on des gens bien on a fait un peu de bruit pour la réveiller et payer les ¥300 requis.

temple sofukuji temple sofukujiJe me suis fait la remarque qu’il avait quelques similitudes dans ses bâtiments avec le Manpuku-ji à Uji et effectivement il s’agit aussi d’un  temple de l’école Obaku. Bref, une visite encore extrêmement sympathique et instructive. On continue la visite des temples on est chauds. Pour l’instant les 3 que l’on a fait ont été de très bonnes surprises, tous bien différents de ce que l’on a pu voir auparavant.

4. Le temple Kofukuji.

Encore un temple de l’école Obaku, encore un trésor national et on a encore une fois beaucoup aimé. Il y avait une ambiance un peu spéciale lors de la visite. Avec le grand soleil et les palmiers un peu partout on se serait cru ailleurs qu’au Japon pendant un instant. La végétation du Kyushu est vraiment dépaysante.

kofukuji kofukuji nagasakiOn fera remplir notre Goshuin cho avec le Goshuin de ce temple. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un Goshuin, on vous fera un article détaillé un de ces 4. En résumé le Gochuin-cho est un “livre” servant à recueillir les “signatures” (Goshuin) des temples et sanctuaires que l’on visite. Chaque goshuin est réalisé à la main par un moine du temple visité.

goshuin kofukuji
Ce n’est pas le plus beau de notre Goshuin-Cho il faut l’avouer 🙂

Cela conclura notre visite du temple. Alors que le soleil continue de rendre la journée particulièrement agréable, nous nous dirigeons vers le point suivant de notre programme.

5. Le pont Megane.

Situé à quelques centaines de mètres du Kofukuji, nous nous y rendons à pieds. Il a d’ailleurs été fondé par le chef de ce temple en 1634. C’est un magnifique pont en pierre. Pas grand chose à dire de plus dessus. On s’y arrête quelques minutes pour profiter du soleil et prendre quelques photos et vidéos. Megane (prononcé mégané) signifie lunettes en japonais. Le reflet du pont dans l’eau formant une sorte de paire de lunettes.

megane pont nagasaki

nagasaki pont meganeVoila ce sera tout pour les monuments de la journée, on en a pris plein la vue encore une fois. Maintenant on va visiter la ville en elle même et quoi de mieux pour une ville portuaire comme Nagasaki que d’aller visiter son port et son bord de mer.

5 et 6. Seaside Park et les quais de Dejima.

Après un nouveau tour de tram nous arrivons au seaside park pour faire une petite pause. Le soleil commence à se coucher il serait temps d’arrêter un peu et de profiter de l’air marin. Le parc est très sympa en tout cas. On en profite pour gouter les Castella, une autre spécialité, cette fois-ci sucrée de Nagasaki. Une sorte de quatre quarts plus sucré. Il y en avait plusieurs sortes on a pris la version classique.

castella nagasakiOn prendra également un café sur les quais de Dejima pour faire passer un peu le temps.

Et c’est ainsi que nous arrivons au dernier point de notre périple de la journée et des deux jours à Nagasaki.

8. Chinatown et le festival des lanternes.

Nous nous rendons au quartier de Chinatown. Il fait partie des 3 Chinatown présents au Japon, avec celui de Yokohama et de Kobe. On peut donc dire que nous aurons vu les 3. Nous avons énormément de chance car il y a pendant cette période un grand festival des lanternes. Des lanternes sont disséminés un peu partout dans la ville mais le point d’orgue est évidemment dans le chinatown où des centaines de ces lanternes s’illuminent à la nuit tombée et un peu avant.

Le quartier de Chinatown n’est en soi pas très grand, nous resterons jusqu’à la fin d’un spectacle et devrons repartir avec le bus de 20h.

Voila qui conclut plutôt bien un périple de deux jours riche en découvertes. Nous avons énormément aimé Nagasaki et nous conseillons à quiconque voyageant dans Kyushu d’y faire un tour. Deux jours serait le minimum à mon sens tant la ville regorge de choses à y faire.

On espère que ces deux récits vous ont plu et vous ont donné envie de découvrir Nagasaki. Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous le dire dans les commentaires, ce n’est pas beaucoup pour vous mais ça représente énormément pour nous 🙂

La première journée à Nagasaki c’est par ici.